AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Caliméro

avatar

Rapports rédigés : 160
Santa Barbarian since : 05/05/2015


Mon agenda
Topics: JE SAIS PAAS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Jeu 14 Mai - 0:58

Questions Mortuaires


Comme d'habitude, Heidi n'avait pas choisi le sujet le plus joyeux. Pourtant dès que l'information était arrivé à ses oreilles, elle avait posé son dévolu pour cette affaire. Un meurtre, encore. Oui encore. Elle s'occupait si souvent de ce genre d'histoire et ce n'était pas ce qu'il manquait dans cette ville. La journaliste avait perdu le décompte des morts sur lesquels elle avait enquêté à Santa Barbara. C'était devenu une routine à force, cependant ça ne la gênait pas. Non pas qu'elle s'en réjouisse, mais elle avait choisi ce métier en partie pour ça. Révéler la vérité et la vérité était sombre alors autant être totalement franc et dire les choses même les plus morbides.

Tout du moins, c'était pour en savoir plus sur le décès de Grégory Horwall qu'elle parcourait les couloirs sinistres des sous sols de l’hôpital. Ce dernier avait laissé son cadavre dans les toilettes de son entreprise, une mort bien pitoyable, direz vous. Du moins, c'est ce à quoi songeait la rouquine. La question était de savoir si c'était un suicide, un accident ou un homicide. On savait que cela tenait de la crise cardiaque mais qu'est ce qui l'avait provoquée ? C'était une très bonne question surtout que les mobiles étaient nombreux. Un bel héritage, une promotion intéressante, une vengeance pour tromperie et plein d'autre. L'homme qui était allongé raide et gelé sur une table, illustrait parfaitement le salaud par excellence. Le genre de personne qui cachait à peine son côté sombre. Il n'y avait donc rien d'étonnant qu'il est succombé à 37 ans et en pleine santé.

D'ailleurs, c'est pour ces mêmes raisons qu'Heidi aurait parié sur le meurtre pour cette affaire. Mais lorsqu'elle avait questionné les policiers, elle n'avait pas réussi à trouver d'éléments concrets qui le lui confirme. Pas de jeunot maladroit à la langue trop pendant sur la scène du crime cette fois ci. Qu'importe, elle n'abandonnait pas. La preuve, elle s'en allait découvrir la dépouille. Heureusement, elle avait prendre un pull au cas où car l'air dans les couloirs était vraiment froid. Habillé d'un col roulé et d'une bonne veste chaude, elle faisait claquer ses talon contre le carrelage gris de l’hôpital.

Ainsi, elle arriva enfin à la morgue. Ce n'était pas la population qui inondait les lieux. Elle essaya de trouver un interlocuteur pendant quelques secondes quand soudain on l'interpella. Une jeune stagiaire à première vue. Cela ne changeait pas grand chose pour la reporter. Elle allait commencer à expliquer la raison de sa venue quand elle comprit au teint pâlot de la personne que celle ci n'était pas réellement en état. Une débutante songea la rouquine. Elle tenta tout de même de savoir à qui elle pouvait s'adresser. La petite blonde malade bafouilla que le Docteur Jonathan Milligan n'allait pas tarder et qu'il était un bon professionnel. Aussitôt après, elle déguerpit pour finir semblerait il au toilette.

Devant cela, Heidi du se résigner à s'asseoir sur le banc du couloir pour attendre que quelqu'un vienne la renseigner. Ce qu'elle fit sans grande motivation. Elle en profita alors pour relire ses notes sur le sujet en espérant se rappeler d'un détail croustillant.      

copyright crackle bones

_________________


Réalisme, idéalisme, autant de brumes à travers lesquelles l'homme aveugle cherche la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Qu'est ce qui est jaune et qui attend ? Jonathan.

avatar

Rapports rédigés : 515
Santa Barbarian since : 04/05/2015
Localisation : A la morgue ... Pour travailler


Mon agenda
Topics: OUVERTS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Lun 18 Mai - 11:32


Questions mortuaires
Heidi & Jonathan

Penché au dessus de la table d'opération, Jonathan examina le corps qu'on venait de lui apporter ce matin.  Un homme de 37 ans qui avait été retrouvé dans les toilettes d'une entreprise, mort. Il avait été retrouvé à l'aube par une dame de ménage. Personne ne savait depuis quand il reposait sur la cuvette des toilettes. C'était donc à Jon de faire les analyses, mais également l'heure de la mort.  Avant toutes choses, il vérifia si l'homme était bien mort. Cela pouvait paraître absurde mais, nombreux étaient les faits-divers relatés dans les journaux expliquant, qu'un homme laissé pour mort se réveillait à la morgue. Il vérifia chaque organes vitaux. Le cœur et le cerveau n'envoyaient plus aucun signes. Dans ce cas-là, il pouvait bien décréter la mort de l'individu. Maintenant, il devait déterminer l'heure et la cause de la mort. Le premier médecin sur place avait  décrété que l'homme était mort d'une crise cardiaque aux alentours d'une heure du matin. Jonathan devait approfondir l'examen pour confirmer ces dire.

Il examina chaque détails du corps : Sa couleur, sa texture, s'il y avait des contusions et même son odeur. Il vérifia égalament si aucune matière corporelle n'avait été déposées sur le corps comme du sang, de l'adn ou du sperm. Dans le cas présent, rien. Une fois cette tâche accomplie, il put procéder à l'autopsie, aider d'une de ses stagiaires.  Il sortit les organes un par un pour voir ceux qui avaient été touchés. Il put voir que plusieurs artères étaient bouchées au niveau du cœur, les cellules de myocardes n'étaient plus oxygénées. Cela confirmait l'idée de la crise cardiaque et, à l'état de ce dernier, il pouvait également dire que l'heure de la mort était bien entre minuit et 2h.

Maintenant, il restait à déterminer si la mort était naturelle ou provoquée. Jonathan regardant à nouveau la fiche de l'homme. 37 ans, c'était jeune pour mourir d'une crise cardiaque et, au vu de sa musculature, ce dernier semblait un adepte du sport, ce qui était bon pour le sport.  Il était fort possible que la mort soit causée par un abus massif de drogue ou alors un empoisonnement. Pour Jonathan, les deux étaient la même chose.  Il fit tout les examens pour détecter des traces de sang ou de poisons, recueillant des échantillons du corps ou des sécrétions de l'homme. Une fois  fini, il enleva ses lunettes et se pinça le nez. Il avait enfin fait la plus grosse partie de son travail. Maintenant, il fallait analyser tout cela. Il se leva pour aller porter les échantillons au labo.

Il prévint rapidement sa stagiaire qu'il allait au service de recherche pour porter des échantillons à analyser. Il espérait pouvoir lui laisser la morgue l'espace d'un court instant. Une fois en haut, il passa les échantillons en demandant de regarder pour divers drogues ou poisons. A vrai dire, il pensait plutôt à cette dernière idée. Il avait même en tête le cyanure, qui était un poison provoquant exactement les mêmes symptômes que la crise cardiaque. Beaucoup de médecin légiste c'était laissé berner en décrétant une simple crise cardiaque alors que la victime avait été empoisonnée au cyanure. Par ailleurs, c'était un poison qui était très apprécié des femmes.

Avant de redescendre à la morgue, il s'arrêta pour prendre un café à la machine. Les journées étaient plutôt longues et une petite pause de temps en temps faisant du bien. Chaque individu avait sa drogue et pour Jon, c'était le café. Il savait parfaitement que cette boisson n'était pas des meilleurs pour l'organisme mais, avec ses crises d'insomnie, s'il ne prenait pas de café, il finirait par s'endormir sur les cadavres.

En redescendant à la morgue, il fut surpris de voir quelqu'un l'attendre dans le couloir.  Il fronçait les sourcils en se demandant qui ça pouvait être. Ce n'était certainement pas un membre de l’hôpital et , à sa connaissance, ce n'était pas un membre du Santa Barbara Police Department. Peut-être une personne de la famille de la victime ? Le dossier disait qu'il était célibataire et sans enfants. Il soupira, le mieux pour avoir l'information était d'aller à sa source.

Il s'approcha de la femme avant de lui demander « Bonjour, je peux vous aider ? Vous avez une autorisation pour être ici ? »

Comme on peut s'en douter, on ne pouvait rentrer dans une morgue comme dans un moulin et son accès demandait une autorisation spéciale qu'on soit un membre de la famille, un policier ou même un autre membre de l'hôpital. Seul les médecins légistes avait l'accès complet à la salle.

crackle bones

_________________



Génétique en bandoulière. Des chromosomes dans l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caliméro

avatar

Rapports rédigés : 160
Santa Barbarian since : 05/05/2015


Mon agenda
Topics: JE SAIS PAAS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Lun 18 Mai - 14:40

Questions Mortuaires


Combien de fois avait elle relue le dossier de Horwall ? Elle ne savait plus, la seule chose qui comptait était de comprendre. Mais déjà faudrait il déjà avoir les détails nécessaires. Bien entendu, elle avait beaucoup d'idée sur les potentiels meurtriers. Son ex, sa secrétaire, ses collègues et tant d'autres ! Mais il lui manquait un petit truc, juste un petit truc. La voilà donc obliger d'en revenir à ses méthodes. Lorsqu'elle exerçait dans le Maryland avant l'accident, un point elle n'avait pas envie de songer, elle était allé plus d'une fois dans les morgues ou autres lieux interdits. des fois avec un sourire et une petite dose de fausse naïveté elle arrivait à trouver les infos. Cependant, elle n'avait aucune intention de jouer la comédie.

Elle trouvait maintenant absurdes ces anciennes  méthodes. "Monsieur, veuillez m'excuser, je suis nouvelle dans le métier, vous pourriez m'expliquer un peu comment cela fonctionne ?" "Oh, monsieur excusez moi, je me suis trompée d'endroit et cela semble si passionnant ce qui se passe ici..." Non c'était déplorable. Et pour peu qu'on tombe sur un idiot cela marchait... Encore une bêtise bien humaine que voilà ! Dire qu'avant elle en avait joué...

Soit elle n'avait pas d'autorisation pour être à cet endroit, mais elle souhaitait juste pouvoir trouver quelqu'un pour parler, pas fouiller les corps ou elle ne savait quelle horreur qui salirait sa veste qu'elle venait d'emmener au pressing. Soudain, elle entendit à nouveau qu'on l'interpellait. Enfin pensait elle. Elle se tourna vers le nouveau venu en se tenant droite pour faire bonne figure. Déjà qu'elle venait réclamer des informations qu'elle n'avait pas le droit d'obtenir, autant ne pas se mettre à dos tout de suite la personne.

Elle toisa un instant le médecin. Un brun avec une barbe de quelques jours, des lunettes qui abritait des yeux clairs. Heidi lui donnait la quarantaine. Plutôt bel homme avec une bonne dose de douceur dans le visage. Il devait être parti à une pause café ce qui n'avait rien d'étonnant vu la fatigue qu'on lisait sur son visage. Au moins, il n'avait pas l'air malade comme l'autre stagiaire...  

- Bonjour, vous devez être le Docteur Milligan ? Une jeune demoiselle m'a conseillé de venir vous voir avant de partir avec précipitation. Je me présente Heidi Warren, journaliste en fait divers.

Dès qu'elle eut prononcer ces mots, elle sortit sa carte avec un certain professionnalisme qui ressemblait désormais à une routine qui lui plaisait bien. Après tout, elle aimait lorsque tout se passait dans les règles. Même si elle savait pertinemment que les imprévus était presque le quotidien des journalistes. En tout cas, avant qu'il ne puisse répliquer qu'elle n'avait toujours pas montré d'autorisation, elle reprit avec un ton neutre mais avec un débit qui bien que clair ne laissait pas l'interlocuteur parler. :

- Je vais être franche, je n'ai pas d'autorisation, mais je comptais simplement trouver une personne compétente pour répondre à mes questions pour mon prochains articles. Or, on m'a clairement indiqué qu'ici, je pouvais trouver des professionnels qualifiés. Ainsi, je viens vous demander si vous n'auriez pas quelques minutes à m'accorder. Que ce soit ici ou dans un autre secteur de l’hôpital, je ne tiens pas forcément à rester en ces lieux...



copyright crackle bones

_________________


Réalisme, idéalisme, autant de brumes à travers lesquelles l'homme aveugle cherche la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Qu'est ce qui est jaune et qui attend ? Jonathan.

avatar

Rapports rédigés : 515
Santa Barbarian since : 04/05/2015
Localisation : A la morgue ... Pour travailler


Mon agenda
Topics: OUVERTS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Dim 24 Mai - 15:20


Questions mortuaires
Heidi & Jonathan

Jon regarda la carte de visite en fronçant les sourcils. Une journaliste, il ne manquait plus que ça. Il avait énormément de mal avec les journalistes. Il savait très bien que ces derniers faisaient de leur mieux pour réussir dans leur métier mais, quand cela concernait la mort de quelqu'un, il avait de mal à comprendre cet envie de relater ce genre d’événements. Sans hésitations, il rendit la carte de visite à celle qui se présentait sous le patronyme d'Heidi Warren.

- Je suis désolé mais, je ne répondrais pas à vos questions. Premièrement, car cela est interdit. Je suis sous le serment d'Hypocrate et je ne peux vous donner des informations confidentielles et ensuite... Cela est contre mon éthique. Je n'ai pas envie de vous donner ses informations car cela est irrespectueux envers le défunt."

Et puis il trouvait ce genre de genre de curiosité morbide. Qu'y avait-il d’intéressant à lire des faits relatant la mort d'autrui ? Hélas, l'être humain semblant apprécier les choses glauques car nombreux étaient vendus les tabloids qui se voulaient choquant. Jonathan avait bien essayé de comprendre cet intérêt mais, il avait choisi médecine légale comme spécialité, pas psychologie. Toutefois, il avait son idée sur la question mais, elle n'était pas des plus joyeuse.

En revenant à la journaliste, il ne savait pas comment cette dernière avait pu accéder à la morgue. Certes, l'hopital n'était pas la maison blanche mais, les différents sections de ce dernier étaient surveillées et gardées pour, justement, éviter ce genre d'accident. Encore quelq'un qui n'avait pas fait son travail. Sans vouloir paraître hautain, Jonathan avait vraiment l'impression d'être entouré de bras cassés. Il allait essayé d'en toucher un mot au directeur. Cela pouvait paraître vil mais, Jon aimait quand les choses étaient bien faite et dès que l'ordre était un peu établi cela le mettait dans en état de stress et du coup, il enchaînait les gaffes. Cela serait donc pour le bien de tous... Même si les dommages collatéraux sur un cadavre seraient moins important que sur un être humain.

Jonathan remarqua que la journaliste n'était pas à l'aise dans la pièce. Comme toute personne venant à la morgue à vrai dire. Et encore, pour le moment, ils se trouvaient devant la porte, jamais le médecin ferait entrer un inconnu dans son espace de travail. Jonathan ne comprenait pas pourquoi les gens se sentaient mal ici. Après tout, qu'est ce qui pouvait se passer ? Qu'un des morts se réveille pour leur mordre la jugulaire ? Certaines personnes avaient regarder trop de films sur les zombies.

- Vous savez " reprit Jonathan " Si vous voulez partir, je ne vous retiens pas. La sortie est juste là "

Il espérait surtout que la journaliste n'allait pas insister. Premièrement, il détestait ça et secondement, il avait encore du travail qui l'attendait. Après tout, il n'avait qu'un seul cadavre à autopsier, cela serait trop idyllique. Malgré ce qu'on pensait, le métier de médecin légiste était loin d'être peinard et, Jon passait bien plus de temps à l'hôpital qu'a son domicile.

crackle bones

_________________



Génétique en bandoulière. Des chromosomes dans l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caliméro

avatar

Rapports rédigés : 160
Santa Barbarian since : 05/05/2015


Mon agenda
Topics: JE SAIS PAAS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Mer 27 Mai - 22:08

Questions Mortuaires


 Lorsqu'il lui redonna la carte, Heidi sentit tout de suite la situation partir dans le mauvais sens. Ce n'était pas bon signe lorsqu'on refusait ce genre de chose. En plus, elle devinait plus ou moins que cela n'allait pas aller en s'arrangeant. De toute manière, cela ne l'étonnait pas. Elle écouta donc avec une certaine gêne la réponse du docteur. Hum... Logique. Toujours ce fichu serment d'Hypocrate ! Combien de fois l'avait elle entendu ? Combien de fois avait elle maudit cette clause ? Combien de fois avait elle songer que cela était bien pensé ? Là était son principal soucis. Elle comprenait que les médecins se devaient de garder le secret, mais en étant journalisme, elle devait elle même faire de son mieux. Elle comprenait aussi le soucis d'éthique qu'on pouvait avoir dans cette situation. Pourtant, ce n'était pas ce cadavre là qui méritait autant de respect... Enfin, ça serait aux policiers et lecteurs d'en juger.

Puis elle entendit alors l'indication de sortie du docteur. Comme si elle avait le choix ! Ce style de situation était réellement agaçante. A la fois, elle était d'accord avec cet homme et à la fois, son devoir de dire la vérité à tous prenait le dessus. En plus, pouvait elle ne rien tenté et laissé un tel manque d'information sur son prochain article ? Ah... Heidi se sentait réellement prise de toutes parts.

- Oui, je sais. : répondit la journaliste en arrivant pas à cacher sa frustration. : Écoutez, je comprends que vous respectez les règles de votre profession et je trouve cela même très bien. Mais essayez de vous mettre à ma place. J'essaie juste de faire mon travail. Et ce n'est pas de gaieté de cœur que je viens vous interrompre et tenter d'avoir quelques informations. Alors je vous demande seulement, si vous n'auriez pas quelques points à me donner sans pour autant aller à l'encontre de votre serment ou de votre éthique ?

Va savoir, se disait Heidi. Un petit détail pouvait parfois offrir nombre de vision sur une énigme. Alors ne serait ce qu'un ou deux petits points aussi minuscule soient ils... Après, il est vrai qu'elle ne voyait qu'est ce qui pourrait l'aider dans cette enquête sans que cela aille à l'encontre des principes du médecin. Au moins, il fallait tenter.

- En plus : continua Heidi : Je vous jure que je ne compte pas en faire des tonnes et des tonnes. Je veux seulement mettre les gens devant la vérité.

Cela avait toujours été son but. Montrer la vérité. Seulement la vérité. Pas forcément la violence et l'horreur, mais ce qui était réellement. Malheureusement, cela était souvent lié. Mais justement, ne fallait il pas qu'on la révèle pour faire entendre raison à tous ? Les choses pouvaient être si absurdes... Un peu comme cette façon d’insister songea Heidi. Ce n'était pas du tout son genre. L'unique raison de ce comportement, c'était le journal. Elle s'était engagée à faire de son mieux et elle tentait le tout pour le tout.      

copyright crackle bones

_________________


Réalisme, idéalisme, autant de brumes à travers lesquelles l'homme aveugle cherche la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Qu'est ce qui est jaune et qui attend ? Jonathan.

avatar

Rapports rédigés : 515
Santa Barbarian since : 04/05/2015
Localisation : A la morgue ... Pour travailler


Mon agenda
Topics: OUVERTS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Sam 6 Juin - 0:11


Questions mortuaires
Heidi & Jonathan

Maintenant, elle insistait. Jonathan soupira et regarda sa montre, les résultats de l'analyse allaient arriver d'une minute à l'autre, il n'avait pas vraiment de temps à perdre avec ça. La journaliste essayait de le convaincre en disant qu'elle comptait juste dire la vérité et ne pas en faire des tonnes. Jonathan n'y cru pas vraiment, il lisait bien les quotidiens et quand il voyait la différence entre la réalité et ce qu'y était relaté il se demandait pourquoi il continuait à les lire. Bien sûr, tout les journalistes n'étaient pas comme ça mais, il n'avait pas envie de prendre des risques juste parce qu'une demoiselle lui faisait des yeux de chien battu.

- Ecoutez Madame Warren, je comprend très bien que vous essayez de faire votre travail. Et je sais comment il fonctionne. Vous n'êtes pas la première journaliste à venir ici pour avoir des informations. Et comme à chaque fois je répond que les détails officiels seront communiqués prochainement dans un rapport. Vous devrez vous contenter de ça pour faire votre article, comme c'est le cas pour tout vos collègues journalistes."

C'était des règles qui avaient établis depuis des lustres, il ne voyait pas pourquoi il devait lui donner des informations supplémentaires juste pour avoir eu le courage de venir jusqu'ici. Il se rendit compte que son ton était brusque et s'en voulut. Il ne voulait pas avoir l'air d'un rabat-joie, il était juste fatigué et surmené, il n'avait pas envie d'avoir des problèmes en plus à gérer.

- Je m'excuse de mon ton..." reprit-il "Mais, contrairement à ce qu'on peut s'imaginer le métier de médecin légiste n'est pas de tout repos et j'ai un planning très chargé. Je dois rendre des résultats à la police pour 13h dernier délai et, il me reste encore beaucoup de chose à faire..."

Il regarda la journaliste, il espérait que celle-ci comprendrait qu'elle n'aurait aucunes informations de sa part. Il craignait l'inverse. Elle avait l'air d'être ce genre de journaliste à s'investir intérieurement dans un sujet, à ne jamais lâché prise jusqu'à avoir sa réponse. En temps normal, Jonathan appréciait les personnes obstinés, car cela était une preuve de force d'esprit mais, bien évidemment quand cela se retournait contre soi, il voulait juste s'en débarrasser le plus vite possible.

-Et comme je vous l'ai dit, il y aura tout dans le rapport officiel. Ne vous faites pas de soucis par rapport à ça, je m'occupe toujours de faire moi-même mes rapports et je peux vous dire, sans vouloir être orgueilleux, qu'ils sont complets, détaillés et simple à comprendre."

Il espérait avoir convaincu la jeune femme avec ces derniers propos. Il ne voulait absolument pas accumuler du retard surtout qu'il devait retrouver Alix en fin de journée. Il appréciait énormément ces moments avec la jeune femme alors, il n'avait pas envie qu'on lui les écourte. Toutefois, étant toujours très poli, il attendit que la jeune femme réponde avant de disparaître derrière la porte comme l'aurait surement fait un de ses confrères ne voulant pas s’embêter avec ce problème.
crackle bones

_________________



Génétique en bandoulière. Des chromosomes dans l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caliméro

avatar

Rapports rédigés : 160
Santa Barbarian since : 05/05/2015


Mon agenda
Topics: JE SAIS PAAS
Mes relations:
Mes rps:

MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   Mar 1 Sep - 17:03

Questions Mortuaires


De toute évidence, il n'y avait rien faire. C'était un maniaque en ce qui concerne son travail d'après sa réaction. Cela en était tout à son honneur mais au grand malheur d'Heidi. Cette affaire allait encore être compliqué pour la collecte d'info. Quelle idée de choisir de tel sujet !? Ça agaçait terriblement la rouquine de revenir bredouille. Cependant, il fallait bien s'y faire. On ne pouvait pas toujours parvenir à ses fins. Par ailleurs, elle devait avouer que ce genre de médecin était rassurant. Mieux valait une personne qui respecte les règles que des gens corrompus dans un hôpital. Ainsi, elle soupira un grand coup et regarda le Docteur Milligan.

- Je comprend votre position. : déclara-t-elle. : Je verrai donc cela avec le rapport officiel.Veuillez m'excusez pour le dérangement.

Il n'y avait que cela à faire de toute manière. En plus, elle connaissait l'entêtement des médecins qui tenaient leur travail à cœur. Quasiment toute sa famille respectait le serment d’Hippocrate et le répétait sans cesse. "Le secret et le respect du patient, c'est important !" "Il faut toujours rester discret ! Le malade n'a pas à avoir sa vie dévoiler" Ça encore ça allait comme remarque mais parfois ils se mélangeait les pinceaux... " Heidi, tu devrais savoir qu'il est important de garder les choses en petit comité, alors pourquoi persister à devenir journaliste ?" " Mais ma chérie, nous n'avons pas l'habitude dans cette maison de parler de tout ça au vue de tous, peut être devrais tu rester silencieuse sur le sujet..."

C'était ce genre de phrase qui avait enragé Heidi tout le long de son adolescence. Mais elle ne pouvait en vouloir à Milligan. Il faisait son travail et ici le secret était justifié. Pourtant, elle sentait encore le goût amer de son enfance dans la bouche. Cette sensation qu'on n'acceptait pas la personne qu'elle était. Le genre de chose qui déplaisait fortement à la trentenaire. Soit elle avait connu et vu des choses bien pires cependant, cela la touchait tout de même. A croire qu'on ne pouvait cicatriser totalement du passé.

De toute manière, elle s'était vouée à la voie du journalisme et y resterait aussi longtemps que possible. D'ailleurs, elle n'allait pas prendre les bonnes habitudes. Ce n'est pas parce qu'une personne vous dit non sur un sujet ou sur le moment qu'il ne parlera pas plus tard ou sur un autre point. Alors autant ne pas lâcher le morceau sur une possible interview de cher médecin. Ainsi elle tendit à nouveau sa carte de visite. :

- Par contre, j'insiste pour que vous gardiez ma carte. On ne sait jamais. Peut être qu'un jour, vous aurez des anecdotes en dehors de votre métier intéressante pour notre journal. Sur ce, je vais aussi vous laisser à votre travail. Je vous remercie encore de vous être déranger pour m'accueillir.

Soit, ce détour à la morgue n'avait pas été fructueux mais elle se devait tout de même de rester polie et courtoise. Puis, il était toujours bon de rester en bon terme avec les gens dans le métier. Par contre, elle comptait bien ne pas en rester là pour cette affaire. Elle songeait poser ses questions à d'autres personnes, notamment la petite stagiaire qu'elle avait croisé... Allez savoir peut être qu'elle arriverait à avoir ce qu'elle cherchait !      

copyright crackle bones

_________________


Réalisme, idéalisme, autant de brumes à travers lesquelles l'homme aveugle cherche la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Questions Mortuaires / Heidi et Jonathan [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Questions pour un prédéfini et sur le forum
» Five Questions About Haiti and the Coup Attempt
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» présentation jonathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Santa Barbara Skies :: Rps terminés-